Arsenal 1 – 2 Dortmund. Ce qui ne vous tue pas…

289
Kos - Lewa

[dropcap]L[/dropcap]e diable se cache souvent dans les détails. Dans ce qui se voulait le choc de ce groupe F, Arsenal n’a pas su élever suffisamment son niveau face à Dortmund. Impressionnant de maîtrise tactique, le Borussia de Lewandowski est parvenu à s’imposer à l’Emirates, malgré un but de #Giroud. Une défaite qui ne remet pas en cause l’excellent début de saison des Gunners, mais leur donne au contraire un moyen de progresser vers le très haut niveau.

Arsenal - Dortmund

[dropcap]C[/dropcap]hoc du groupe oblige, Arsenal met son XI le plus abouti d’entrée de jeu. Seule l’absence de #Flamini restreint les choix du manager, qui doit bien sûr se passer d’ailier « de métier » et repart donc avec 2 lignes offensives composée d’axiaux (#Ramsey – #Wilshere, #Rosicky – #Özil) pour soutenir Giroud. #Arteta fait office de « quaterback » à la récupération[list type= »bullet »] [li]INFOS[/li] [li]Ligue des Champions 2013/2014[/li] [li]Groupe F Journée 3,  Date 23 octobre 2013[/li] [li]Lieu Londres – Angleterre (Emirates Stadium)[/li] [li]Arbitre J. Eriksson Suède [/li] [/list]

BUTS

Arsenal

football 41\\\’ Giroud (passe de Sagna)

Dortmund

football 16\\\’ Mkhitaryan (passe de Lewandowski)

football 82\\\’ Lewandowski (passe de Grosskreutz)

Statistiques Arsenal v Dortmund

[list type= »check »] [li] Shots 9-8 [/li] [li] On target 2-3 [/li] [li] Fouls 14-13 [/li] [li] Tackles  22%-24% [/li] [li] Pass Accuracy 83%-79% [/li] [li] Possession 58%-42% [/li] [/list]

INFOS PRATIQUES

  • Les trois dernières équipes allemandes à s’être déplacées à l’Emirates sont toutes reparti avec les 3 points
  • Mikel Arteta a réussi 11 tacles (sur 12 tentés) sur ce match, soit 3 de plus que n’importe quel joueur de n’importe quel match de Ligue des Champions cette saison. Le Basque a également récupéré 8 ballons dans les pieds adverses (meilleur total du match) et fait 2 interceptions
  • Özil a effectué 19 passes dans les 30 derniers mètres de Dortmund, et créé 4 occasions de buts. Mais l’Allemand n’a pas frappé une seule fois au but.
  • Wilshere a joué 58 pour 36 ballons joués, 26 ballons reçus, 13 passes complétés (sur 20 tentées) dont 4 (sur 9) dans les 30 mètres adverses
  • #Cazorla a joué 35 minutes pour 41 ballons jouées, 31 passes reçues, 25 passes complétées dont 10 (sur 14) dans les 30 mètres adverses
  • Sur les 25 derniers matches d’Arsenal (TCC) : 20 victoires, 3 nuls, 2 défaites
  • Sur ces 25 matches, l’adversaire n’a ouvert le score le premier qu’à 3 reprises (Norwich le 13 Avril, WBA le 6 octobre, Dortmund le 22 octobre), pour 1 victoire, 1 nul, 1 défaite (dans cet ordre)

44e titularisation avec Arsenal pour Olivier Giroud : 23 buts et 14 passes décisives pour le Français depuis son arrivée à Londres

La loi de la relativisation

[dropcap]G[/dropcap]agner ne signifie pas que tout est parfait, perdre ne signifie pas que tout est à jeter. Même si la défaite est toujours difficile à encaisser, et que le retour sur terre est parfois rude, il y a souvent des leçons intéressantes à retenir. Le match perdu contre Dortmund fait partie de cette catégorie. Il y a 8 mois, une défaite en Ligue des Champions contre une autre équipe allemande avait provoqué de nombreux commentaires définitifs sur l’avenir des Gunners. Commentaires qui semblent aujourd’hui bien stupides lorsque l’on regarde le parcours des Londoniens depuis ce match. Toute la question est de savoir si la boucle Bayern – Dortmund se clôturera par une fin de cycle ou si, au contraire, elle lancera une nouvelle étape dans la progression des hommes d’Arsène Wenger. Pour ma part, à mon humble niveau, je pense avoir la réponse, largement inspirée par le début de saison prometteur des Gunners. Perdre un match, fût-il à domicile, contre le vice-champion d’Europe et une des meilleures équipes au monde, n’a rien de honteux ni de définitif. A condition d’en tirer les leçons qui s’imposent.

[dropcap]I[/dropcap]l est des niveaux de compétitions où tous les détails comptent. La magnifique frappe enroulée de Cazorla à la 68e serait-elle allé au fond des filets de Weidenfeller, Gibbs et Sagna auraient défendu au delà de la 82e minutes, que la perception de ce match serait toute autre aujourd’hui. Dortmund a certes dominé les débats une bonne partie du match, imposant son rythme et son fantastique pressing, les Allemands ont également montré des failles, notamment défensives et physiques (en fin de match) qu’il faudra savoir exploiter au match retour. Mais à ce petit jeu, ce sont les Gunners qui ont été puni : trop timides dés l’entame de match, beaucoup trop passifs sur la première période, et trop naïfs (selon les propres termes d’Arsène Wenger) en fin de match. Face à la maestria du milieu de terrain du Borussia (pourtant amputé de certains de ses meilleurs éléments), l’objectif des Canonniers était de répondre par le même type de jeu court et rapide grâce à ses techniciens maison. Malheureusement, il a manqué l’impact d’un Flamini pour contrer le pressing monstrueux de Dortmund, orchestré par Sahin. Malgré l’abnégation de Mikel Arteta, véritable travailleur de l’ombre, Arsenal a mis trop de temps à reprendre le leadership dans ce domaine. Le match manqué de Wilshere et Ramsey, et dans une moindre mesure, d’Özil, a également ajouté une ombre au tableau.

[dropcap]L[/dropcap]a seconde période sera pourtant bien plus intéressante pour Arsenal, grâce à des ajustements décisifs. La mise en place du fameux losange créateurs d’espace et propices aux renversements de jeu à permis aux Gunners de retrouver des couleurs (voir sur ce point l’excellente analyse tactique de @flotoniutti ). L’entrée de Santi Cazorla a également fait office de détonateur, permettant aux locaux de prolonger un temps fort qui aurait pu s’avérer décisif. Au coeur du jeu, le petit espagnol a touché, comme à son habitude, une grande quantité de ballons et posé pas mal de problèmes à Dortmund. Mais c’est le Borussia au final, grâce à une tactique de contre parfaitement exécutée, qui a tiré son épingle du jeu. Arsenal peut en ressortir déçu mais certainement pas abattu. Pas mal de leçon positives sont a tiré de ce match, parmi lesquelles une organisation tactique très au point mais qui doit avoir la garantie d’une base solide devant la défense (Flamini) et probablement disposer d’une option réelle en terme de profondeur sur les ailes (Walcott).

Arsenal 1 2 Borussia Dortmund  By the Numbers   Arseblog News – the Arsenal news site

[dropcap]S[/dropcap]ur ce tableau issue du très fiable ByTheNumbers concocté par @7amkickoff, on découvre les 3 « phases » de ce match. En rouge, les compartiments remportés par l’équipe. Les « clearances » (dégagements) les plus basses sont privilégiés pour visualiser une domination offensive.

On constate donc que chaque équipe a mis à profit son temps fort respectif. Sauf évidemment en fin de match, où Arsenal, bien que supérieur dans le jeu, n’a pas réussi à marquer. Une nouvelle fois, si Cazorla marque sur sa reprise, la chanson est différente. Mais avec des si…

[dropcap]L[/dropcap]e noyau dur, la colonne vértébrale de l’équipe, aura fait un gros match : Koscielny – Arteta – Giroud. Le premier a longtemps tenu Lewandowski en respect, et s’offre un 100% de passes complétées (sur 85 ballons joués). Le second a fait un match plein d’abnégation qui l’a malheureusement empêché de briller offensivement. Le dernier a encore marqué, et pesé durablement sur la défense, notamment en seconde période.

Pour le reste, les latéraux sont très loin d’avoir brillé. Certes bien isolés par le pressing de Dortmund, l’un comme l’autre sont en cause sur le second but : Gibbs joue encore une fois au dilettante en défense, et Sagna ne se replie pas. Le Français a quand même à son crédit une nouvelle bonne série de centre (si, si), dont un payant pour Giroud.

Ramsey aura été assez décevant. Fatigué, le Gallois est rentré dans le rang, et à pu se rendre compte qu’il lui faudra encore du travail pour atteindre le niveau mondial. Pour couronner le tout, il réédite son erreur du match contre Marseille en se trimbalant devant sa surface dans protéger sa balle. Aurait pu se racheter sur un but refusé pour un contact dans la surface. Quand ça veut pas… . Wilshere a beaucoup percuté, mais s’est heurté au pressing adverse. Idem pour Özil, qu’on a enfin aperçu lorsque Cazorla est entré en jeu et l’a repositionné sur l’aile droite. L’Allemand continue à créer des bonne situations, mais pour l’instant, ça ne paie pas. Le seul qui a tiré son épingle du jeu est Rosicky. L’expérience du Tchèque lui a permis de se sortir de pas mal de situations compliquées. Quelques splendides passes lumineuses et des éclairs de génies (trop rares sur ce match)

  • 1gun

    Bonjour, je visite très souvent votre blog et c’est très bien fait, je ne rate aucune de vos analyses et je trouve qu’elles sont objectives. Un grand merci!

    • GGB

      je plussoie

  • GGB

    A la réponse de ce qui ne vous tue pas… vous rend malade

  • Groover

    Merci à vous pour ces commentaires 😉

  • Gozilla

    Moi aussi je profite de cet article pour vous remercier et encourager.Quand on est fan d’ Arsenal on est toujours trés content de trouver un site français et le votre est trés bien fait. Cela fait presque un an que je vous visite tous les jours.